Avis de décès et hommages

819 762-0781
Besoin Immédiat

Pré-arrangement
de vos funérailles

Contactez-nous

Site
Recherche

English

Guider les enfants

Bien que l’idée d’éviter d'aborder avec les enfants des sujets lourds et tristes soit très répandue, elle ne s’applique pas lorsqu’il s’agit de parler de la mort. La meilleure façon de traiter de la mort avec les enfants est de faire preuve d'honnêteté, en discutant avec eux à un niveau qu'ils peuvent comprendre. Écouter l'enfant et essayer de comprendre ce qu'il dit et bien souvent ce qu'il ne dit pas. Les petits ont besoin de sentir que la mort est un sujet ouvert et qu'ils peuvent exprimer leurs pensées et leurs questions au fur et à mesure qu'elles surgissent.

  1. Le premier souci de l'enfant peut être : Qui va s'occuper de moi maintenant?
    • Maintenez le train-train de la vie quotidienne dans la mesure du possible.
    • Montrez-lui de l'affection et rassurez l'enfant que les gens qui l'aimaient l'aiment toujours et qu'ils s'occuperont d'elle ou de lui.
  2. L'enfant aura sans doute de nombreuses questions et il se peut qu'il ou elle ressente le besoin de les poser maintes fois.
    • Encouragez l'enfant à poser des questions et donnez-lui des réponses honnêtes mais simples, qu'il ou elle peut comprendre. Les questions répétées exigent de la patience et des témoignages continus d'affection.
    • Vous devriez fournir des réponses en fonction des besoins que l'enfant semble exprimer, et pas nécessairement en fonction des termes précis que l'enfant utilise.
  3. L'enfant ne saura pas quel est le comportement approprié pour la situation.
    • Encouragez l'enfant à discuter de ses sentiments et de partagez vos sentiments avec elle ou lui. Vous êtes un modèle de la façon d'exprimer les sentiments. Les pleurs sont salutaires, mais cela n'aide pas les choses lorsqu'on dit à un enfant comment il ou elle devrait ou ne devrait pas se sentir.
    • Permettez à l'enfant d'exprimer son affection pour vous. L'amour comprend deux éléments de base : donner et recevoir.
  4. L'enfant peut avoir peur qu'il ou elle mourra également ou qu'il ou elle est responsable de la mort de quelque façon.
    • Rassurez l'enfant quant à la cause du décès et expliquez-lui que toute pensée qu'il ou elle ait pu avoir en relation à la personne décédée n'a pas causé la mort.
    • Rassurez l'enfant que cela ne signifie pas qu'une autre personne qu'il ou elle aime est apte à mourir prochainement.
  5. L'enfant peut vouloir participer aux rituels de la famille.
    • Expliquez ces rituels à l'enfant et discutez avec lui ou elle de la façon dont il ou elle y participera. Souvenez-vous qu'on devrait préparer l'enfant au préalable, qu'on devrait lui dire à quoi s'attendre et que l'enfant devrait être accompagné d'un adulte qui l'appuiera. Il ne faut jamais contraindre l'enfant à faire quelque chose qui le rend mal à l'aise.
  6. Il se peut que l'enfant affiche un comportement régressif.
    • Une réaction commune au stress est de revenir à un stade de développement antérieur. Par exemple, un enfant peut recommencer à sucer son pouce, mouiller son lit ou devoir porter une couche ou s'alimenter au biberon pendant un bout de temps. Appuyez l'enfant lorsque cela se produit et souvenez-vous que ce comportement régressif n'est que temporaire.

Les adultes peuvent aider à préparer un enfant à composer avec la perte éventuelle d'un être cher en l'aidant à composer avec des pertes moins marquantes, tel le partage de sentiments lors de la mort d'un animal de compagnie ou lorsqu'on discute de la mort dans un conte ou à la télévision.

Souvenez-vous des quatre éléments clés dont vous devez faire preuve lorsque vous aidez un enfant à comprendre la mort et à composer avec celle-ci : affection, acceptation, honnêteté et constance.

Des explications qui risquent de nuire

Suivent quelques explications que les adultes fournissent parfois pour expliquer les raisons du décès d'un être cher. Malheureusement, des réponses simples mais malhonnêtes ne peuvent qu'accroître les sentiments de peur et d'incertitude que l'enfant ressent. Les enfants ont tendance à interpréter les choses littéralement. Par exemple, si un adulte dit :

  • Grand-papa est mort parce qu'il était àgé et fatigué. Ou Grand-maman est morte parce qu'elle était àgée et fatiguée., l'enfant peut se demander ce qui se produira lorsqu'il deviendra trop vieux à son tour et, comme il devient fatigué à l'occasion, bien sûr, alors... combien fatigué doit-on être pour mourir?
  • Grand-maman (ou grand-papa) dormira en paix pour toujours. Cette explication peut faire en sorte que l'enfant ait peur de se coucher ou de dormir.
  • C'est la volonté de Dieu. L'enfant ne comprendra pas que Dieu emporte un être cher parce qu'il a besoin de cette personne lui-même, ou Dieu l'a emmené parce qu'il était tellement bon. L'enfant peut décider d'être méchant afin que Dieu ne l'emporte pas lui aussi ou elle aussi.
  • Papa est parti en voyage ou maman est partie en voyage, et ne reviendra pas bientôt. L'enfant peut se demander pourquoi papa (ou maman) a quitté sans dire au revoir. Éventuellement, l'enfant se rendra compte que papa (ou maman) ne reviendra pas et croira qu'il ou elle est responsable du départ de papa (ou maman).
  • Richard (ou Marianne) était malade et a dû aller à l'hôpital où il (elle) est mort(e). Il faudra qu'on explique à l'enfant ce qu'on entend par une petite maladie et une maladie grave, sans quoi il ou elle risque d'avoir très peur si lui ou elle ou un être proche doit aller à l'hôpital à l'avenir.
     

Comment aider un enfant à composer avec une perte

  1. Prenez le temps voulu pour discuter avec l'enfant, dès que possible après la mort.
  2. Expliquez les faits à l'enfant d'une façon simple et faites attention de ne pas fournir trop de détails. L'enfant posera d'autres questions au fur et à mesure qu'elles surgiront dans leur esprit.
  3. Si vous ne pouvez pas répondre aux questions de l'enfant, il est tout à fait acceptable de dire : Je ne sais pas comment répondre à cette question, mais peut-être que nous pouvons trouver quelqu'un qui nous aidera à trouver la réponse.
  4. Utilisez un langage convenable. Dîtes les mots mort et mourir. N'utilisez pas des expressions telles Il dort... ou Dieu l'a emporté... ou Elle est partie...
  5. Expliquez vos sentiments à vos enfants, surtout si vous pleurez. Donnez-leur la permission de pleurer eux aussi. Nous sommes leur modèle de comportement. Il est bon que les enfants constatent notre tristesse et que nous partagions nos sentiments avec eux.
  6. Utilisez le prénom de la personne décédée lorsque vous parlez de celle-ci.
  7. Soyez conscient de l'àge et du niveau de compréhension de votre enfant et parlez-lui à ce niveau.
  8. Discutez de sentiments tels la colère, la tristesse, la peur, de se sentir responsable, d'être déprimé, de vouloir mourir nous aussi, etc.
  9. Lisez un livre qui traite de la mort avec votre enfant. (Consultez la bibliothèque du salon funéraire.)
  10. Lisez un livre qui traite de la façon dont les enfants vivent le deuil afin que vous ayez une meilleure compréhension de ce que l'enfant peut ressentir. (Consultez la bibliothèque du salon funéraire.)
  11. Discutez de la période de visites et des funérailles. Expliquez ce qui se passe à ces occasions et déterminez si votre enfant veut y participer avec le reste de la famille.
  12. Songez à des façons que l'enfant peut dire adieu à la personne décédée, telles : écrire une lettre, composer un poème, dessiner une scène, etc.
  13. Si cela convient, discutez de vos croyances religieuses avec votre enfant et ce qui arrive aux gens après leur mort.
  14. Invitez votre enfant à revenir jaser avec vous s'il ou elle a d'autres questions ou s'il ou elle a entendu des rumeurs, afin que vous puissiez les aider à obtenir les bons renseignements.
  15. Discutez de souvenirs: les bons souvenirs et ceux qui risquent d'être moins bons.
  16. Soyez aux aguets de changements de comportement chez votre enfant. Si cela soulève des soucis ou des inquiétudes, obtenez de l'aide professionnelle.
  17. Gardez l'œil ouvert pour des mauvais rêves. Sont-ils fréquents? Discutez des rêves: cela est une façon d'éliminer le stress.
  18. Les amis, la famille et les camarades de classe trouvent souvent consolation et réconfort en participant à une activité spéciale au nom de la personne décédée.
  19. Il est particulièrement difficile de vivre le deuil d'une mort subite, une mort violente et la mort d'une jeune personne. Des troubles du sommeil ou des perturbations de l'appétit et des activités quotidiennes peuvent s'avérer des réactions normales à un événement anormal ou inhabituel.
     

Quelle est la place des enfants dans tout cela?

Plusieurs parents ne cessent de songer à ce qu'ils feront des enfants lorsque meurt un être cher. La plupart se demande probablement qui s'occupera des enfants pendant les funérailles. Si l'on exclut les enfants des funérailles, cela retardera leur deuil et entravera leur capacité de composer avec la mort et des pertes plus tard dans leur vie. Voici des suggestions pratiques qui se sont avérées utiles.

  • Donnez l'occasion aux enfants de faire un dessin d'un souvenir joyeux qu'ils ont de la personne décédée. On peut déposer ce dessin dans le cercueil ou avec l'urne.
  • Demandez à l'enfant d'écrire une lettre à la personne décédée. Cela lui fournit l'occasion de dire Je t'aime. Une dernière fois et de dire adieu. Déposez cette lettre dans le cercueil ou avec l'urne.
  • Un enfant peut cueillir des fleurs du jardin familial ou acheter des fleurs et les déposer dans le cercueil ou sur celui-ci ou près de l'urne.
  • Les enfants plus àgés peuvent agir comme porteurs honoraires ou peuvent lire un texte choisi lors des funérailles. Ils pourraient agir également comme placiers lors des funérailles.
  • Vous trouverez cela très utile de prendre le temps d'expliquer aux enfants ce dont consistent les funérailles et ce qui s'y passera. Le fait de les emmener au salon funéraire lors de la période de visites ou de la veillée du corps est utile aux fins de les rendre à l'aise dans cet environnement. De plus, cela rendra le jour des funérailles beaucoup plus facile pour eux.
819 762-0781 515 avenue Chénier | ROUYN-NORANDA, QC J9X 4A9 | Fax: 819 762-7279 | Email: jhfleury@cablevision.qc.ca